Image for post
Image for post
Photo by Clément Falize on Unsplash

On peut se réjouir pour les américains, peut-être, la moitié d’entre eux en tous cas.

Grosso modo ça s’arrête là. Parce que ce à quoi nous avons assisté ces dernières semaines, ces derniers mois, ces dernières années, c’est bel et bien la dernière saga d’une superproduction hollywoodienne digne de Captain America. Et nous y avons assisté avec toute la crédulité d’un spectateur s’envoyant une rasade de Coca pour faire passer le pop-corn coincé dans la gorge au moment où le grand méchant est presque sur le point de gagner.

Voilà. Le film est terminé. Les gentils ont gagné. Le monde libre. La démocratie sur la tyrannie. Les valeurs pures et honnêtes du bien contre le venin et les mensonges du mal. Place au générique, la salle se vide, et nous sommes rendus à la rue où force est de constater que rien n’a changé et que les promesses et les rêves dont nos yeux peinent encore à se dessiller se sont évanouis aussi vite que les projecteurs ont cessé de tourner pour nous abreuver de fantasmes de renouveau. …


Image for post
Image for post
Photo by Marc-Olivier Jodoin on Unsplash

Dans cet article, je propose une réflexion à partir d’un projet développé pour GPT-3 qui consiste en un “prompteur à idées de start-up”.

Les bases

GPT-3 est un « modèle de langage développé par la société OpenAI annoncé le 28 mai 2020 et ouvert aux utilisateurs via l’API d’OpenAI en juillet 2020 » (Wikipedia, article GTP-3).

En gros, c’est une intelligence artificielle capable de générer des textes qui ressemblent à du texte écrit par l’humain. Techniquement, c’est comme une immense base de données dans laquelle on aurait mis tous les textes présents sur internet, et à qui on aurait demandé d’apprendre quel mot a le plus de chances de se retrouver à côté duquel, statistiquement. …


Le concept d’or comme valeur-refuge, et la prolifération des discours qui entourent cette question aujourd’hui est le signe que notre société est malade.

Ceux qui ont hérité d’un patrimoine, ceux qui ont amassé une fortune durant de longues années de travail, ceux qui ont su faire fructifier leur pécule par des placements habiles, se demandent comment protéger leur trésor, et l’or semble être la meilleure option.

L’or de Picsou

Tout commence par une image. Picsou est la version bande dessinée de la figure du capitaliste fou ayant perdu le sens de la vie. Seul, il plonge dans les bassins de son coffre rempli de pièces d’or. Personne ne le comprend. Il a vécu une vie d’aventures, participé à la ruée vers l’or, conquit Goldie par sa bravoure et sa force, sauvé sa famille restée en Ecosse grâce aux deniers amassés au fil de son parcours. Puis, installé, fortuné, désormais riche, quelque chose s’est brisé. Il est devenu l’être méchant, vil, maladif, replié dans ses montagnes d’or, qu’il demeure aux yeux de ses petits enfants. Autour de lui des gens vivent, lui n’a qu’un intérêt, se baigner dans ses pièces. Il vit chichement, ne possède rien, s’habille de guenilles. …


Image for post
Image for post
Photo by Ryan Jacobson on Unsplash

La pandémie que nous sommes en train de vivre devrait nous permettre de faire évoluer notre médecine psychique.

Les pandémies du passé

Quand on regarde les pandémies du passé, la première chose qui nous saute aux yeux ce sont les conditions médicales déplorables dans lesquelles elles ont eu lieu.

Peste noire : il suffit de regarder les Visiteurs. Des péons cul-terreux remplis de poux, qui dorment à même le sol, entassées les uns sur les autres dans la paille et la fange des cochons, mangeant avec leurs mains dans des banquets insalubres. Les latrines sont publiques, les fosses communes à ciel ouvert. Une peste là-dedans c’est un carnage. …


Image for post
Image for post
Photo by bantersnaps on Unsplash

Soit nous en sommes arrivés au point où nous avons la prétention de contrôler la mort. Soit nous commettons l’erreur d’étendre à un point absurde les responsabilités, et les pouvoirs, des autorités publiques. Dans les deux cas, je trouve cela inquiétant.

Avertissement

J’écris sans filtre. J’admets ne plus savoir quoi penser. Les idées se bousculent dans ma tête et chaque jour apporte son lot de nouvelles données, remettant en doute les positions de la veille.

Je ne sais pas. Je ne prétends pas avoir la solution. Je souhaite simplement transmettre le maelström qui me traverse en ce moment. Pas pour ajouter au tumulte et au chaos ambiant bien sûr que non, mais pour offrir d’autres perspectives, dans l’espoir que l’une d’elles puisse résulter sur une solution intéressante. …


Image for post
Image for post
Photo by Glenn Case on Unsplash

Comme son nom l’indique cet article est une exploration des causes, et des conséquences psychologiques du confinement.

Avant-propos

Pour commencer quelques précisions de vocabulaire. J’entends par psychanalyse étude des mécanismes inconscients qui poussent à l’action. L’inconscient est une “découverte” freudienne. Son hypothèse, si on la résume un maximum, consiste à dire que les motifs de nos actions ne sont pas toujours ce qu’ils paraissent être à première vue. Parfois, nous agissons sous l’impulsion de motivations qui nous échappent. J’utilise cette hypothèse comme un outil pour analyser ce qui se passe en ce moment dans nos sociétés.

Inconscient et confinement

En apparence tout est logique. Des chiffres, des statistiques, des données, puis des décisions politiques. On part d’un constat rationnel : mettre les gens en quarantaine est la meilleure manière d’infléchir une courbe de diffusion exponentielle de la maladie. …


Image for post
Image for post
Photo by JR Korpa on Unsplash

Et si l’on se trompait d’épidémie, et si l’on se trompait d’ennemi ? L’ennemi c’est nous-mêmes, l’épidémie est psychologique.

On peut comprendre la logique d’une courbe exponentielle, impossible de comprendre ce qui se passe dans le cerveau irrigué de patriotisme héroïque d’un quarantenaire qui insulte à gorge déployée des adolescents qui discutent dans un parc

Ce contre quoi nous avons à lutter ce sont nos propres fantasmes transposés dans le réel. Nous demandons aux autres de respecter nos propres peurs, de se cloisonner dans nos propres limitations. Nous demandons aux Etats d’interdire les comportements que nous n’avons plus le courage de faire, d’imposer une limitation de l’énergie que nous n’avons plus en tant que société. …


Image for post
Image for post
Photo by JR Korpa on Unsplash

Pour construire une stratégie numérique européenne digne de ce nom, il importe de dresser un portrait correct de ceux que l’on entend combattre, à commencer par Facebook.

L’impression que nous donnent les médias depuis un certain temps, et qui semble avoir gagné jusqu’aux décideurs politiques est la suivante : les GAFAM ont sucé nos data jusqu’à la moelle et nous nous retrouvons aujourd’hui à leur botte, en tant qu’européens, parce qu’ils maitrisent les données.

À peu de chose près, c’est le scénario qu’on nous vend. Si l’on met de côté Apple, dont la force tient essentiellement dans le design, Amazon, dont l’innovation a été de croire dur comme fer à la possibilité du commerce en ligne, et Microsoft, dont le modèle d’affaire me dépasse, tant il est tentaculaire, il nous reste Google et Facebook, qui effectivement semblent faire reposer l’essentiel de leurs démarches sur la récolte de “données”. …


Pour comprendre pourquoi nous sommes passés du rêve d’un internet “ouvert”, à un internet “fermé”, il faut avoir recours à la psychologie.

Image for post
Image for post
Photo by yulia pantiukhina on Unsplash

Internet est désormais “fermé”

La plus grande partie du temps passé en ligne par les utilisateurs du monde est faite à travers des interfaces dont le contenu est parfaitement optimisé pour eux, et seulement pour eux, donc est un pur miroir d’eux-mêmes.

Dans cet article, j’entends par internet “ouvert” ce que ce protocole d’échange d’information a pu être dans ses débuts. Aucune récolte de vos données, aucune suggestion publicitaire, aucune restriction d’accès par rapport à vos recherches précédentes. Inversement, un internet “fermé” est ce que nous expérimentons aujourd’hui. À titre informatif, mais ce devrait être là un programme d’éducation nationale, sachez que toutes vos activités en ligne sont désormais enregistrées, mesurées, suivies, trackées, comme on dit, dans le but de vous montrer les choses qui sont susceptibles de vous intéresser. Vous avez déjà fait l’expérience des suggestions Youtube. Il suffit de vous connecter sur le compte Youtube d’un ami pour vous rendre compte de l’étroitesse des suggestions qui apparaissent sur le votre. Même chose pour Instagram, Twitter, Snapchat, Tik-Tok. Un autre exemple de cette “surveillance” est le Pixel Facebook. Un très grand nombre de sites web ont installé sur leur page cet outil qui permet de récupérer des données sur votre navigation. D’où provenez-vous, quel comportement avez-vous eu sur le site, quels clics, quel temps passé sur quelle page, quels paragraphes de texte. …


What if AR filters were one of the most powerful tools invented by humanity to answer the everlasting question of “who am I”.

Today I want to write a short story about something that occurred to me lately while doing research at work on AR filters for Instagram.

Image for post
Image for post
Photo by Juliana Kozoski on Unsplash

I was wandering around the internet looking for interesting examples of this new technological tool, but the more I searched the more I got the feeling of falling deeper and deeper into the rabbit’s hole. …

About

Elliot Vaucher

Conseiller, rédacteur polymorphe, Medium est mon espace de réflexion, d’anticipation des tendances, de futurologie.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store